Banneux et ses réseaux

Le sanctuaire de la Vierge des Pauvres
fait notamment partie des réseaux suivants :

1. L’Union internationale de Prière (UIP)

Par trois fois lors des apparitions à Mariette, la Vierge Marie lui dit : Priez beaucoup.

Lors de la fondation de l’Union internationale de Prière (UIP) par le chapelain Louis Jamin entouré d’une équipe de laïcs —union approuvée par Mgr Kerkhofs, le 24 septembre 1934— certains firent cette objection : N’êtes-vous pas un peu prétentieux de qualifier cette Union d’internationale une année à peine après les apparitions ? Alors l’abbé Jamin répondait : Venez voir les lettres que je reçois de partout ! Sa réponse ne laissait planer aucun doute.

Cette UIP existe toujours. Les membres s’engagent à réciter chaque jour la Prière à la Vierge des Pauvres, les invocations et une dizaine de chapelet. Ils sont invités à prier particulièrement pour l’Église universelle, leur propre diocèse, les vocations et la sainteté des prêtres.


2. Le Réseau marial européen

Constitué en 2003, à l’initiative de Mgr Jacques Perrier, alors évêque de Tarbes et Lourdes (France), il a d’emblée bénéficié des encouragements de Rome.

Les animateurs des sanctuaires membres du Réseau se réunissent une fois par an pour mieux se connaître mais, surtout, pour mieux connaître les attentes des millions de personnes qui fréquentent aujourd’hui les sanctuaires, en pèlerins et en visiteurs.

Le Réseau marial européen relie vingt sanctuaires les uns aux autres. Beaucoup d’entre eux sont situés au-delà de l’ancien « Rideau de Fer ». Presque tous les pays européens y sont représentés. Pour chaque pays a été choisi le sanctuaire que la population reconnaît comme le plus important.

Pour la Belgique, c’est le sanctuaire de Banneux qui a été choisi. Le recteur honoraire, l’abbé Joseph Cassart (1994-2008), y a pris part depuis sa création à Lourdes en 2003.

En 2003, Lourdes avait accueilli la première de ces rencontres autour du thème Dans le cadre de l’année du Rosaire, ouvrant une réelle communication entre les sanctuaires.

Voici la liste des 21 sanctuaires membres du réseau :

  1. Altötting (Allemagne) – Notre-Dame des grâces – La renommée du sanctuaire vient d’un miracle, en 1489 : un enfant survit à la noyade grâce à une prière à Notre-Dame. La statue est une Vierge noire, représentant Marie avec l’Enfant. www.altoetting-wallfahrt.de
  2. Banneux (Belgique) – La Vierge des Pauvres – À l’origine du sanctuaire, huit apparitions de Marie à une fillette de 11 ans, Mariette Beco, d’une famille peu pratiquante, entre le 15 janvier et le 2 mars 1933. www.banneux-nd.be
  3. Brezje (Slovénie) – Marie Auxiliatrice – À l’origine du sanctuaire, le voeu d’un soldat au temps des guerres menées en Europe par Napoléon 1er : s’il revenait sain et sauf chez lui, il réaliserait une image de la Vierge Marie. C’est pourquoi le sanctuaire est dédié à Marie « Auxiliatrice » (auxilium = aide). www.marija.si
  4. Csíksomlyó (Roumanie) – Notre Dame de Csíksomlyó – À l’origine du sanctuaire, vers 1510, la vénération d’une grande statue de la vierge Marie. Les Franciscains étaient déjà présents sur le lieu depuis un siècle. Notre-Dame est représentée comme une reine. www.csiksomlyo.ro
  5. Czestochowa (Pologne) – Notre-Dame, Reine de Pologne – À l’origine du sanctuaire, une image de la Vierge abîmée par les partisans de Jean Hus, en 1430. L’image fut immédiatement restaurée, en conservant la trace des deux blessures infligées à l’image primitive. www.jasnagora.pl
  6. Einsiedeln (Suisse) – Notre-Dame des ermites – À l’origine du sanctuaire, la présence d’un saint ermite du 9ème siècle, saint Meinrad, martyr. La statue vénérée est une Vierge noire du 15ème siècle. www.kloster-einsiedeln.ch 
  7. Fatima (Portugal) – Reine de la paix et du monde – À l’origine du sanctuaire, trois apparitions d’un ange (en 1916) et six apparitions de la Vierge Marie, le 13 de chaque mois, entre le 13 mai et le 13 octobre 1917. Les voyants, Jacinthe, François et Lucie, ont entre 7 et 10 ans. Lucie meurt en 2005. www.fatima.pt
  8. Gibraltar – Notre-Dame de l’Europe – Petit sanctuaire, placé sur le rocher, face à la mer. Dédié à Notre-Dame de l’Europe depuis l’expulsion des Maures en 1309. www.ourladyofeurope.net
  9. Knock (République d’Irlande) – Notre-Dame, Reine de l’Irlande – À l’origine du sanctuaire, une apparition de Marie, le 21 août 1879, à une quinzaine de personnes, d’âges variés. www.knock-shrine.ie
  10. Levoca (Slovaquie) – Notre-Dame de la Visitation – À l’origine du sanctuaire, une statue de la Vierge vêtue de soleil, datant du 15ème siècle. www.levoca.sk
  11. Loreto (Italie) – La « Santa Casa » – À l’origine du sanctuaire, l’arrivée en ce lieu des murs de la maisonnette occupée par la famille de Marie, à Nazareth, lieu de l’Annonciation et de l’Incarnation. Cette relique, apportée en Italie à la chute du royaume des Croisés, fut acquise par Nicéphore Angeli : de là vint la légende d’un transport par les « anges ». www.santuarioloreto.it
  12. Lourdes (France) – L’Immaculée Conception – À l’origine du sanctuaire, les dix-huit apparitions de la Vierge Marie à Bernadette Soubirous, entre le 11 février et le 16 juillet 1858. Le 25 mars, la Dame donne son nom : « Je suis l’Immaculée Conception ». Le dogme avait été proclamé par le pape Pie IX le 8 décembre 1854. www.lourdes-france.org
  13. Máriapócs (Hongrie) – Notre Dame de Máriapócs – À l’origine du sanctuaire, une icône offerte en 1675 par un  habitant pour remercier d’avoir été libéré des Turcs. En 1696, l’icône pleure pendant des jours et des jours. Les témoignages sont nombreux et sérieux. www.bucsujaras.hu/mariapocs
  14. Mariazell (Autriche) – « La grande Mère de l’Autriche » – À l’origine du sanctuaire, le 21 décembre 1157, l’arrivée d’un moine dénommé Magnus envoyé par son abbé auprès de la population locale. Le moine apportait avec lui une statue de la Vierge. Sur son chemin, un rocher lui barra la route. Magnus déposa la statue et bâtit, pour elle pour lui, une cellule (Cell ou Zell). Mariazell fut le sanctuaire marial principal de l’Empire austro-hongrois. www.basilika-mariazell.at
  15. Marija Bistrica (Croatie) – Marie des Neiges – À l’origine du sanctuaire, une statue de Marie avec l’Enfant, oeuvre d’art populaire, sans doute du 15ème siècle. www.marija-bistrica.hr
  16. Malte – Notre-Dame de Mellieha – À l’origine du sanctuaire, la tradition selon lequel saint Luc, accompagnant saint Paul lors de son séjour à Malte en l’an 60, aurait peint une image de la Vierge. Celle que les pèlerins vénèrent dans la grotte qui est au cœur du sanctuaire date du 12ème ou du 13ème siècle. L’image est peinte directement sur le rocher. www.mellieha.com
  17. Vilnius (Lituanie) – Notre-Dame de la Porte de l’Aurore – À l’origine du sanctuaire, un tableau du 17ème siècle représentant la Vierge sans l’Enfant. L’image était placée à une des portes de la ville, la « porte de l’aurore ». www.ausrosvartai.lt
  18. Walsingham (Angleterre) – La sainte Maison de l’Annonciation – À l’origine du sanctuaire, en 1061, la Vierge demanda la construction d’une maison semblable à celle de Nazareth. C’est pourquoi le sanctuaire est appelé le « Nazareth d’Angleterre ». www.walsingham.org.uk
  19. Zaragoza (Espagne) – Notre-Dame du Pilar – À l’origine du sanctuaire, une tradition rapporte que la Vierge Marie serait apparue à l’apôtre saint Jacques, vers l’an 40. Elle l’aurait encouragé dans son activité pour annoncer l’Évangile. Le nom du sanctuaire, devenu un prénom en Espagne, vient du « pilier » sur lequel la Vierge se serait manifestée. www.basilicadelpilar.es
  20. Zarvanyzia (Ukraine) – La Mère de Dieu, à Zarvanyzia – À l’origine du sanctuaire, une icône du 13ème siècle. Le sanctuaire, de rite gréco-catholique, a été détruit en 1944.  Les pèlerinages ont continué clandestinement, dans les bois. La reconstruction a commencé en 1991.
  21. Mátraverebély (Hongrie) – Notre Dame de Mátraverebély – C’est un lieu de pèlerinage national pour les catholiques du pays. Son histoire date de 800 ans. Notre-Dame est apparue à un jeune berger muet lui demandant de boire à une source jaillissant du sol. À la suite de cela, le jeune berger a retrouvé la parole. www.matraverebely-szentkut.lap.hu

Cliquez ici pour en savoir plus sur le Réseau marial européen !


3. L’Association nationale des Directeurs diocésains de Pèlerinage (ANDDP)


4. L’Association des responsables de sanctuaire (ARS)


5. L’Association des Oeuvres mariales